INGREDIENTS :

Produit à lentille ou gouttes pour les yeux (acide borique)

Colorant ou peinture

Colle blanche vinylique

MATERIEL :

1 fourchette

1 balance

1 bol

RECETTE

Faire du slime (pâte à prout)

… avec Mme Sciences !

1

Versez 50g de colle dans le bol.

2

Si vous avez du colorant, de l’encre ou de la peinture : versez quelques gouttes dans la colle et mélangez.

3

Versez 2 dosettes de gouttes pour les yeux (borax) : soit 10g de produit à lentilles.
Mélangez avec la fourchette, le mélange change et devient petit à petit un seul bloc : le slime !

4

Pétrissez le slime avec les doigts jusqu’à ce qu’il forme une boule gluante.

Astuce : si le slime est trop collant, il vous faut ajouter encore quelques gouttes de borax (gouttes pour les yeux)

Explications simples :

La colle  peut être comparée à de longs spaghetti microscopiques baignant dans de l’eau. C’est un liquide assez visqueux. Le borax joue le rôle de gruyère entre les spaghetti.

Il casse net lorsqu’on le brusque, mais coule très lentement lorsqu’on le suspend.

  • Il peut s’étirer sur plusieurs mètres sous son propre poids.
  • Deux morceaux de Slime® peuvent fusionner lorsqu’on les mélange.
  • Posé sur une surface lisse, le Slime® s’étale en forme de flaque circulaire.
  • Déposé dans un récipient, il en prend lentement la forme.

 

Le comportement mécanique du Slime® est particulièrement intéressant. Ce n’est pas un solide car il s’adapte à la forme du récipient dans lequel on le place. C’est donc un liquide très visqueux. Cependant, lorsqu’on tire dessus d’un coup sec, il se coupe net, comme un solide.. Cependant une fois cassé, on peut le reformer en un seul morceau.

Explications niveau collège-lycée :

Les “slimes” sont des  fluides non-newtoniens. Pour simplifier : ils ne se comportent pas comme de l’eau et leur viscosité change en fonction des forces qui agissent sur eux.

La colle  peut être comparée à de longs spaghetti microscopiques baignant dans de l’eau. C’est un liquide assez visqueux. Le borax joue le rôle de gruyère entre les spaghetti.

On appelle ceci une réticulation. Les liaisons sont de deux types : des liaisons chimiques solides (liaisons covalentes dessinées en traits pleins) et des liaisons assez souples appelées liaisons hydrogènes (dessinées en traits pointillés).

Le comportement mécanique du Slime® est particulièrement intéressant. Ce n’est pas un solide car il s’adapte à la forme du récipient dans lequel on le place. C’est donc un liquide très visqueux. Cependant, lorsqu’on tire dessus d’un coup sec, il se coupe net, comme un solide, car les liaisons hydrogènes ne sont pas très fortes. Cependant une fois cassé, on peut le reformer en un seul morceau.

En effet,  la cassure des liaisons hydrogènes est réversible. Lorsqu’on laisse évoluer le Slime® sous son propre poids ou lorsqu’on l’étire doucement, il flue (coule) sans se rompre. Il n’adhère pas aux parois lisses.

Cependant, le Slime® n’est pas élastique au point de rebondir fortement. Pour cela il faut utiliser des chaînes moléculaires bien plus longues. Voir l’expérience de la balle rebondissante.

Sources :

http://wiki.scienceamusante.net/index.php/Le_Slime

http://wiki.scienceamusante.net/index.php?title=Fluides_non-newtoniens